mercredi 11 novembre 2015

PILGRIMWEN - Les Evolués : Evasion (Chapitre 8) [Nouvelle/Roman FP #15]

LES ÉVOLUÉS
Chapitre 8 : Evasion

[RETOUR AU SOMMAIRE]

« - Pitié !!! PITIE, ne me tuez pas !!!

- De la pitié ? DE LA PITIE ?!? En as-tu eu pour les évolués assassinés ? Vous, le Centre, vous avez perpétré en toute impunité des meurtres. Alors, pourquoi vos victimes doivent-elles éprouver de la pitié à votre égard ? »

Un ordre, un seul, et ce fut le massacre…

« - Tuez-moi cette salope ! Qu'ils crèvent tous !!!

- Avec plaisir !

- Non, non, NOOOOON !!! Je vous en prie… j'ai… j'ai… une famille… Je vous en… je vous en prie… »

La haine engendre la haine… Ce qui se produisit ce jour-là était inévitable et tout aussi impardonnable que les atrocités commises par ces scientifiques et mercenaires du Centre. Malheureusement, nous étions le jour de la Lune et de la Guerre. La Lune se gorgeait désormais du sang de ces hommes et femmes massacrés. Nous étions réduits à l'état de bêtes assoiffées, guidées par la vengeance. Et nos conditions d'évolués nous conféraient un avantage indéniable sur ces pauvres hères…

Comment ? LA question que, sans doute, vous vous posez toutes et tous. Comment nous sommes-nous libérés de nos chaînes ? A force d'être retenus dans des cellules spécialement conçues pour neutraliser nos pouvoirs, nous avions développé une résistance accrue à nos contres. Dans mon cas, par exemple, je fus capable de rejeter le froid qui m'enveloppait inlassablement. Parfois, même, je me surpris à balayer telle une brindille cette vague glaciale. Certes chaque effort me coûtait, cependant ce même effort m'endurcissait en vue du jour-J.

Fatalement, à chaque fois que le Centre notait un dysfonctionnement dans ma prison, ils intervenaient dans un laps de temps extrêmement court. Heureusement, ils n'arrivaient pas à en déterminer la cause. Et, afin de ne pas éveiller les soupçons, je feignais un état second.

Le jour de la Lune et de la Guerre proche, nos gardiens relevèrent un silence anormal de notre part. Ils se doutaient forcément qu'un événement exceptionnel arrivait à grand pas. Et lorsque l'événement se déroula, ils n'étaient pas parés pour la riposte.

Ainsi, le carnage…

Moi, le rebaptisé Vulcain, je menais ma troupe. Il en fut pareillement d’Éole, de Chihuacoatl, de Lir et d'Eshu. Nous furent, nous sommes et nous serons les Cinq. Chacun d'entre nous combattait férocement l'oppresseur. Il n'y eut pas de quartier. Si encore aujourd'hui je le regrette, à l'époque nous n'étions plus que l'ombre de nous-mêmes.

L'effusion de sang tarie, les évolués se tournèrent vers les Cinq. Cet instant restera gravé éternellement dans mon esprit : les évolués, ne se sentant plus menacés, souhaitaient s'entretenir de leur avenir. Devions-nous cohabiter avec les humains ? Devions-nous, au contraire, les dominer ? Ou devions-nous vivre reclus, tel un peuple en exil ?


[Contenu sous licence CC BY-NC-SA]
[Contenu disponible sur Scribay.com et Wattpad.com]