lundi 10 août 2015

PILGRIMWEN - Les Evolués : Confrontation Part. 3 (Chapitre 6) [Nouvelle/Roman FP #12]

LES ÉVOLUÉS
Chapitre 6 : Confrontation Part. 3

[RETOUR AU SOMMAIRE]

Mon opposant transperce de ses bras le capot et démantèle sans effort le moteur, moteur qu'il jette négligemment de côté comme s'il s'agissait d'un vulgaire détritus. Il s'attaque ensuite à la portière conducteur qu'il arrache avec autant de facilité, avant de me déloger de l'habitacle…

Je percute brutalement terre et peine à me relever.

L'Hercule me toise froidement et me renvoie un regard méprisant.

Quelle est cette prodigieuse et non-moins dangereuse force de la nature ?

Il s'avance à ma rencontre. Il me saisit à la gorge et me maintient à quelques centimètres du sol. Je suffoque. Je meurs. Est-ce ainsi que doit s'achever mon existence ?

En ce moment de désespoir, une idée me traverse l'esprit.

Par un ultime effort, je plaque mes mains sur la tête de mon agresseur et me concentre. Dans cet acte désespéré, je puise dans mes dernières ressources et fais appel au don du feu. Rien ne se produit. Ou tout du moins, c'est ce que je pense.

Étrangement, lorsque tout espoir me semble perdu, ce que j'escomptai s'accomplit.

Mon tortionnaire se fige instantanément, puis hurle de douleur. Malgré la souffrance que je lui fais subir, j'exerce une pression encore plus grande. Il lutte, en vain. Sa force colossale ne peut rien, absolument rien face à ma volonté de feu. Il relâche progressivement son étreinte… C'est à son tour d'être apeuré. Il se démène, il tente de battre en retraite. Il couine, telle une bête affolée sous les coups du prédateur.

Il est temps d'en finir. Je comprime une dernière fois sa tête, celle-ci fume et enfin se liquéfie entre mes mains.

Ainsi s'achève cette confrontation…

Pourtant, je n'ai pas réussi à m'extirper de ce guet-apens. Et ces mesdames-messieurs, armés jusqu'aux dents et qui m'encerclent, n'hésiteront pas à faire feu au moindre faux pas de ma part. Ils ont assisté à ma démonstration de force. Ils savent à quoi s'en tenir.

Vaincu, je m'agenouille, pose les mains sur la tête et attends que les forces du Centre me menottent.

L'un d'entre eux s'approche et, sans prévenir, m'assène un crochet au visage. Je titube… Il m'agrippe par les cheveux et me crache à la figure.

« - Ton escapade est terminé, mon gars ! Au Centre, tu seras sous ma surveillance et tu apprendras à rester à la place qu'est la tienne ! Mieux aurait valu que tu t'abstiennes de tout retour dans notre établissement. »


[Contenu sous licence CC BY-NC-SA]
[Contenu disponible sur Scribay.com et Wattpad.com]